Son mari se rend à l'hôpital et n'en ressort pas vivant

Published July 17, 2020 at 2:49 PM
BY MARIE-PIER R.
     
Ayant été hospitalisé deux fois cette année à cause de la grippe, Réjean Malette souffrait également de diabète. De plus, il était atteint de la dystrophie myotonique de Steinert, une maladie génétique qui affecte plusieurs organes. Le 15 juin dernier, Francine Durocher a cru bon d'amener son mari de 67 ans à l'hôpital de Saint-Jérôme, dans les Laurentides, alors qu'il se sentait très faible.C'est alors que M. Malette a attrapé la COVID-19 au sein de l'établissement, et en est tristement décédé deux jours plus tard, le 3 juillet dernier. À ce jour, Mme Durocher se sent encore coupable de la mort de son mari :

« S'[il] n’était pas allé à l’hôpital, je suis convaincue qu’il serait encore vivant. »


La dame indique qu'elle n'était pas au courant de la présence du coronavirus à l'hôpital Saint-Jérôme. En effet, même si l'établissement a eu des cas positifs dès le 7 juin, les médias en ont été informés qu'à partir du mois de juillet :

« J’aurais aimé qu’ils avisent d’avance, dès qu’ils ont su qu’il y avait des patients infectés, explique-t-elle. Moi, j’aurais peut-être pu décider de ne pas l’envoyer à l’hôpital. »

Conçu pour guérir la COVID-19, l'hôpital de Saint-Jérôme a reconnu que certains employés n'ont pas respecté les zones chaudes et froides de l'établissement. La semaine dernière, Sylvain Pomerleau, le directeur adjoint des soins physiques de l'hôpital, a déclaré que cette pratique pouvait arriver, étant donné le manque de personnel. Mercredi dernier, le nombre de cas positifs s'élevait à 94 employés et 97 patients.

Crédit : La Presse
Latest 10 stories
TOP 5