Activités sportives parascolaires : une décision qui ne fait pas l'unanimité

Published August 28, 2020 at 2:41 PM
BY SOPHIE
     
On répète souvent qu'il n'y a pas de marche à suivre parfaite concernant les mesures de déconfinement. Par contre, au stade où nous sommes rendus, il devient de plus en plus difficile de garder une certaine cohérence parmi celles-ci.Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge a confirmé, jeudi, que les élèves qui ne font pas partie d’une même « bulle-classe » ne pourront pas se retrouver après l’école pour participer à des activités parascolaires ou sportives.

Le ministre déclare que la stabilité du groupe classe est au coeur de leur plan sanitaire. Il tient également à rappeler que si aujourd'hui nous pouvons nous permettre de réouvrir les écoles, c'est parce qu'on applique et respecte les mesures de santé et sécurité.

Il promet ainsi que cette mesure pourra être revue dans un mois avec l’approbation de la Santé publique: « Ce qu’on souhaite, c’est se donner rendez-vous dans quelques semaines, faire un bilan, mesurer l’efficacité de nos mesures et peut-être à ce moment-là faire des assouplissements avec l’approbation de la Santé publique », a déclaré le ministre Roberge, concédant qu’il y aurait « un peu moins » d’activités parascolaires en septembre.


On ne parle donc pas d'annuler les activités parascolaires pour toute l'année, mais du moins pour le mois de septembre. Ce n'est pas la première fois, depuis le début de la pandémie, que le gouvernement fonctionne de façon graduelle avec ses mesures de déconfinement, mais cette fois-ci, cette decision ne fait pas l'unanimité. Certains trouvent même qu'elle manque de cohérence. En effet, comme Enrico Ciccone, député libéral et ex-hockeyeur, plusieurs appellent le ministre de l'Éducation à dire quelle est la différence entre une équipe sportive scolaire et civile.



Les élèves ne pourront pas participer à des activités à l'école avec ceux qui ne font pas partie de leur groupe, mais ils pourront le faire à l'extérieur. Parmi ceux qui ont commenté la publication du député, plusieurs se demandent si on tient compte de la santé physique et mentale des jeunes avec cette décision. D'autres semblent dire qu'ils iront tout simplement inscrire leurs jeunes à des activités en dehors de l'école.

Crédit : LaPresse
Latest 10 stories
TOP 5